STAYER-FR PALMARES

STAYER-FR PALMARES

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE DEMI-FOND PROFESSIONELS 1908

Travail réalisé par François Bonnin et Patrick Police

Toute reproduction - partielle ou non - de ce travail devra faire l'objet d'une demande spécifique auprès de STAYER FR


 

 

 La candidature de ..? Pagès et George Sérès est rejetéepar l'U.V.F., à la suite des alarmes du Journal L'Auto,

qui s'inquiète du trop grand nombre de coureurs au départ.

L'U.V.F. motivera son refus en arguant que ..? Pagès et George Sérès ne disposent pas d'un service d'entraînement parfait.

FINALE DIRECTE

Dimanche 31 Mai 1908 - Paris- vélodrome du Parc des Princes

100 km derrière motocyclette - rouleau à 20 centimètres du plan tangent de la roue arrière

 

1- Georges Parent

   entr. C. ... André

 les 100km en 1h  19'35"4/5

2- Paul Guignard

   entr. Franz Hoffman (ALL)

 à 8 tours ½  

3- Henri Contenet

   entr. Léon Lauthier

 à 10 tours ¾  

4- Antoine Dussot

   entr. ... Caudrilliers

 à 17 tours ½

5- Edouard Léonard

   entr. ...Devilly

 à 20 tours 

6- César Simar

   entr. Jan Olieslaegers (BEL)

 à 26 tours 

N.C. - Louis Darragon

   entr. ... Naso

Abandon 50 km

La course : A la prise des entraîneurs, Simar prend la tête devant Dussot, Guignard, Darragon, Parent, Léonard, et Contenet. Rapidement, Dussot passe Simar et prend le large. Parent déborde alors  Darragon et Guignard, fond sur Dussot, et s’installe au commandement au bout de dix kilomètres. Il précède alors Darragon de 225 m et Dussot de 275 m. Tous les autres sont déjà doublés; Contenet à 1 tour, Guignard, Léonard et Simar à 2 tours. 

Nette supériorité de Parent qui pousse à fond et double tous ses concurrents entre le 20ème (15'31"4/5)-record) et le 30ème km. Dussot perd un nouveau tour tandis que Contenet, étonnant, s'empare de la troisième place.

Peu après, Parent, qui tient un rythme insensé, passe à nouveau Darragon au tiers de la course.

Sur incidents mécaniques , Contenet (chaîne cassée) et Darragon (crevaison) se retrouvent en panne.

Contenet repart illico, tandis que Darragon s'attarde dangereusement, passant finalement à l'avant-dernière place.

A la demi-heure de course, trente-neuf kilomètres ont été parcourus.

Au 40ème kilomètre (30'45"), Parent compte désormais quatre tours d'avance sur Dussot, quatre et demi sur Guignard , cinq et demi sur l'épatant Contenet, sept sur Léonard,  huit sur l'archi-favori Darragon et dix sur un Simar méconnaissable.

Au 42ème kilomètre, Guignard produit une forte accélèration et comble un trou de 300 mètres sur Dussot, se plaçant ainsi  en seconde  position,  à quatre tours du leader. A la mi-course, Parent double Guignard, 2ème à 5 tours ; Dussot est 3ème à 6 tours, précédant Contenet de 100 mètres. Darragon pendant ce temps semble mal en point, se frictionnant l'estomac, et est désormais tout à fait à la dérive. Les 50 km en 38'34"3/5 (record) sont accomplis quand Darragon, qui accuse un débours de dix tours abandonne.

Du 60ème au 70ème km, Parent, impressionnant d'abattage,  augmente encore son avance : 7 tours sur Guignard et 8 tours sur Dussot et Contenet.

Au 75ème km, Parent est victime d’une crevaison de son pneumatique avant; ses cinq adversaires le doublent, mais il repart sous une folle ovation , et, en cinq kilomètres, il reprend le tour perdu à tous ses concurrents, qui par ailleurs lutteront jusqu'au bout pour garantir ou changer leur position dans la course.

Au 80ème km, Dussot subit à son tour une crevaison et Contenet  lui ravit la  troisième place.

Guignard tente  de résister  à la dernière attaque de Parent en le faisant « voyager ». Parent passe néanmoins et porte à huit tours son avance définitive. Un frisson de terreur parcourt l'échine des quinze mille spectateurs lorsqu'un chien errant traverse la piste alors que trois équipages à la lutte se présentent, heureusement sans autre suite fâcheuse.

Le maillot tricolore est remis par Léon Breton, Président de la commission sportive de l'U.V.F., puis Parent fait une entrée triomphale au quartier des coureurs entre deux haies de spectateurs enthousiastes, alors que Darragon est victime dans sa cabine d'une sévère défaillance.

 

Cette victoire de Parent démontre à l'évidence que la France dispose désormais, après deux années de règne sans partage de Darragon, d'un second stayer de très grande valeur.

 

 

 

 



25/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres