STAYER-FR PALMARES

STAYER-FR PALMARES

CHAMPIONNAT DE FRANCE 1930

 

Travail réalisé par François Bonnin

Toute reproduction – partielle ou non – de ce travail devra faire l’objet d’une demande spécifique auprès de STAYER FR


 

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE DEMI-FOND

 

33 stayers et 26 « pacemakers » ont fait parvenir leur candidature .à la date limite des inscriptions fixée au mardi 22 avril 17 h. (pulvérisant le record qui était de 23 engagements). Voici la liste de ces concurrents avec leurs entraîneurs respectifs déclarés: Paillard (M. Jubi); Grassin (L. Didier); Maronnier (G. Groslimond); Bréau (Guérin); Lacquehay (Besson); G. Wambst (Besson); A. Wambst (Deliège); Blanc-Garin (J. Siterre); Parisot (Lavalade); Bion (Grapperon); Prieto (Lavalade); Couturier (Ville); Ali Neffati (Philippe); Lasbordes (Moreau); Dhuez (Thomann); Urago (Demenou); Constant (Demenou); Catudal (G. Sérès); Beyle (J. Paillard); Sadi Leport (M. Jubi); A. Jubi (M. Jubi); Sausin (Philippe); J. Bidot (Requis); Vallée (Thomann); Souchard (Colonna); Gaillard (Meyer); Bonney (Massal); Lefebvre (Thureau); Aubert (Colombatto); Chancel (Chardon); Vugé (A. Groslimond); Mauclair (Roux); Gatier (Roux). 

 

Conformément au règlement qui prévoit que les championnats de France ne sont ouverts qu’aux coureurs hors-catégories, 1ère et 2ème catégories, la commission sportive de l’U.V.F. réunie en séance le mercredi soir 23 avril, a rayé de cette liste le jeune Lefebvre, classé 4ème catégorie. Puis elle a composé les trois séries éliminatoires.

Le tirage au sort de l’ordre des départs a été effectué le 24 avril par André Peteuil, un jeune spectateur présent au Parc des Princes aux séances d’entrainement.

Changement d’entraineurs : six concurrents ont changé d’entraîneur par rapport à la feuille d’engagement : Vallée (Léon Didier), Catudal (Arthur Pasquier) pour la 1ère série ; Roux (Barato), pour la 2ème série ; Grassin (Théo Wynsdau), James Aubert (A. Chardon) et Urago (Léon Didier) pour la 3ème série. Léon Didier avait promis à Blanc-Garin de l’entraîner s’il ne figurait pas dans la même série que Grassin. Ce dernier s’opposa à ce projet, amenant une discussion aigre-douce entre « Toto » et son entraîneur. « Si vous faites le taxi, j’en prendrai un autre ! ». Et l’on apprenait que dans l’après-midi du 24 avril, Grassin avait pris un nouvel entraîneur, T. Wynsdau. Finalement, concernant Blanc-Garin, il reste avec le même entraîneur : « J’entre dans la famille de Grassin par mon mariage, aussi, je garde mon entraîneur habituel, Siterre ». Quant à Urago, après avoir posé la question de confiance à Demenou, dont il partageait les services avec Constant, il a fait appel à Léon Didier. Vallée a également sollicité Léon Didier.

 

ELIMINATOIRES - Dimanche 27 Avril Paris -  Vélodrome du Parc des Princes

1ère série                                                                                                                      

  1-02 Charles Lacquehay

entr. Marcel Besson

 les 100 km en 1h 22'33"2/5

  2-05 Ernest Catudal

ntr. Arthur Pasquier

  à  25 mètres   1h 22'35"2/5

  3-08 Georges Paillard

entr. Maurice Jubi

  à   1 tour 640 m   1h 23'41"3/5

  4-03 Alexis Blanc-Garin

entr. Jean Siterre

  à   5 tours

  5-06 Jean Lasbordes

entr. Marcel Moreau

  à 14 tours

  6-07 Georges Bion

entr. … Grapperon

  à 21 tours

 N.C.-09 André Vugé

Entr. Alphonse Groslimond (CH)

 Abandon   9 km

 N.C.-04 Paul Chancel

Entr. André Chardon

 Abandon 12 km

 N.C.-01 François Vallée

Entr. Léon Didier

 Abandon 35 km

 N.P.- XX Ali Neffati

Entr. Victor Philippe

 forfait

La course : Ali Neffati ayant déclaré forfait suite à une blessure au pied, les concurrents partent dans l’ordre suivant : Vallée, Lacquehay, Blanc-Garin, Chancel, Catudal, Lasbordes, Bion , Paillard et Vugé. Paillard remonte rapidement  vers la deuxième place derrière Vallée, que Didier emmène à belle allure. Bion est le premier doublé; Vugé subit le même sort et abandonne avant les 10 km que passe Vallée en 08'05"2/5 (record local .Chancel crève et abandonne peu après et Vallée  double Blanc-Garin , les 20 km en  15'56"3/5 (record).

Au vingt-sixième km, la  moto de Didier a des ratés; Vallée décolle puis repart , mais doit changer de moto et il perd un tour et demi et la  première place. Paillard passe en tête et mène aux 30 km en  23'59", talonné par Lacquehay;  Catudal se rapproche à moins d’un demi-tour, Blanc-Garin se défend à 1 tour et demi. Vallée décolle une nouvelle fois et abandonne. Paillard couvre 37,320 km dans la  demi-heure,  passe les 40 km en 33'09 et les 50 km en 40'32"4/5 (nouveaux record locaux). L’ordre est alors le suivant :  Paillard devant Lacquehay à 40 m , Catudal à 100 m , Blanc-Garin , à 3 tours (crevaison au 46ème  km), Lasbordes à 6 tours, Bion à 12 tours.

Au 56ème km, Lacquehay vient attaquer Paillard, mais celui-ci repousse l’assaut, les 60 km en 48'52"1/5 (record). Au 68ème km, la moto de Jubi a des ratés et Paillard décoll . Lacquehay le supplante à la  première place et le double  quelques  tours plus loin, les 70 km en 57'17" et dans l’heure 73,340 km (records).

Catudal est désormais second à 150 m, Paillard à 1 tour et demi et Blanc-Garin à 4 tours. Catudal vient talonner Lacquehay qui active et prévient l’attaque, les 80 km en 1h 05'30" (record). Au 86ème km , Catudal parvient à attaquer Lacquehay. Tous deux décollent mais Catudal réussit à  passer en tête aux 90 km  en 1h 14'09"2/5 (record). Lacquehay  revient attaquer Catudal au 94ème km. Après 200 mètres de lutte au coude-à-coude , Catudal décolle, Lacquehay reprend la  tête et termine de même non sans avoir eu à repousser une ultime charge de Catudal. Les trois premiers font un tour d’honneur et  on applaudit très fort Lacquehay et Catudal pour leur combativité.

 

 

2ème Série

  1-11 Henri Bréau

entr. Maurice Guérin

  Les  100 km en 1h 23'04"

  2-04 Sadi Leport

entr. … Delaye

  à  6 tours          1h 27'02"3/5

  3-03 Auguste Wambst

entr. Pierre Deliège

  à  7 tours          1h 27'25"

  4-02 Aimé Constant

entr. Henri Demenou

  à  7 tours 1/2

  5-05 Maurice Bonney

entr. Raymond Massal

  à  8 tours

  6-10 Jean Bidot

entr. Julien Requis

  à 10 tours

  7-01 Achille Souchard

entr. … Colonna

  à 11 tours

  8- 06 Georges Gatier

entr. … Barato

  à 26 tours

N.C.-Léon Parisot

entr. Daniel Lavalade

Abandon 50 km

N.C.- Henri Gaillard

entr. … Meyer

Abandon 56 km

N.C.- André Jubi

entr. Maurice Jubi

Abandon

La course : Les onze concurrents sont présents et partent dans l’ordre suivant : Souchard, Constant, A. Wambst, Sadi Leport, Bonney, Gatier, Parisot, Gaillard, Jubi, Bidot et Bréau. Au démarrage, A. Wambst se porte en tête tandis que Bréau remonte un à un tous ses concurrents. En seconde position au cinquième tour, il passe en tête devant A.Wambst, Souchard, Jubi, Sadi Leport , Parisot etc … Gatier ferme la marche, il est doublé et redoublé. Au 15ème km, Parisot crève et rétrograde, les  20 km en 16'45" par Bréau qui continue  sa  ronde : Sadi Leport est doublé, Souchard (sur crevaison), Jubi, et enfin Auguste Wambst (25ème km), subissent le même sort.

Au trentième km (25'00 4/5), Bréau est seul en tête. Suivent à un tour : A . Wambst, Jubi, Constant, Sadi Leport, Bonney, groupés en un demi-tour ; Dans la demi-heure 36,030 km par Bréau   qui prend un second tour à ses plus proches concurrents, les autres étant à trois tours et plus. Bréau  tourne autour de ses adversaires, tandis que la bataille se poursuit ferme pour les places suivantes, et Wambst doit céder la 2ème place à Sadi Leport ; les 40 km en 33'13"3/5. Parisot abandonne avant les  50 km que Bréau atteint en 41'33  sur  les  positions suivantes ; à 2 tours et demi : Sadi Leport, A. Wambst, Bonney, Constant , Jubi ; à 5 tours : J. Bidot, Souchard ; à 7 tours : Gaillard ; à 10 tours : Gatier.

Au cinquante-sixième km,, Gaillard abandonne . Constant prend la quatrième place à Bonney tandis que Bréau ajoute un nouveau tour à son capital , et  passe les  60 km en 49'48"1/5. Au 68ème km , Constant attaque Wambst; la  lutte dure deux tours, mais A. Wambst  conserve  le meilleur.

Bréau passe les caps des 70 km (58'15"2/5) de  l’heure  (72,020 km) et des 80 km (1h 06'44"1/5), tout en augmentant  son avance. Sadi Leport  est maintenant assuré  de la seconde  place, à 4 tours. Un tour  plus loin, Constant attaque à nouveau  Wambst, pour la troisième place, mais ce dernier conserve  encore  l’avantage. Les 90 km en 1h 15'06"1/5 par Bréau et la fin arrive sans autre changement, Auguste Wambst que Deliège a « tiré » avec beaucoup de doigté conservant nettement la troisième place malgré  les  efforts du valeureux Marseillais Constant.

3ème série

  1-09 François Urago  

entr. Léon Didier

 les 100 km en 1h 23'55"3/5

  2-08 René Maronnier

entr. Georges Groslimond (CH)

  à 1 tour 660 m    1h 25'03"

  3-06 James Aubert

entr. André Chardon

  à 7 tours             1h 29'50"

  4-10 Antoine Prieto

entr. Daniel Lavalade

  à 7 tours 1/2

  5-05 Henri Sausin

entr. Victor Philippe

  à 15 tours

  6-04 Raymond Beyle

entr. Joseph Paillard

  à 15 tours 1/2

  7-07 Joseph Mauclair

entr. …    Roux

  à 20 tours

 N.C.-03 Roger Dhuez

entr. … Thomann

Abandon 26 km

 N.C.-01 Roger Couturier

entr. Maurice Ville

Abandon (chute) 32 km

 N.C.-02 Robert Grassin

entr. Théo Wynsdau (BEL)

Abandon 94 km

 N.P.- XX Georges Wambst

entr. Marcel Besson

forfait

La course : G. Wambst, malade, a déclaré forfait. L’ordre au départ est : Couturier, Grassin, Dhuez, Beyle, Sausin, Aubert, Mauclair, Maronnier, Urago et Prieto. Au démarrage, Grassin prend la tête devant Beyle et Sausin. Au septième tour, Maronnier passe premier, suivi de Beyle et Urago qu’entraîne Léon Didier, et Grassin recule à la quatrième place. Au dixième tour, Dhuez « lanterne rouge » du lot est doublé par les quatre hommes de tête qui se détachent, les 10 km en 08'38"1/5. Maronnier mène devant Urago et Beyle, que Grassin attaque pour la troisième place, mais au même moment « Toto » crève et perd beaucoup de temps pour changer de vélo : le voilà à quatre tours; les 20 km en 16'42"2/5 par Maronnier que suit toujours Urago à 20 mètres.

 Tous les autres sont doublés, Beyle et Prieto à 1 tour. Au vingt-sixième km Urago attaque Maronnier, mais sans succès, tandis que Dhuez en panne de moto abandonne, les 30 km en 24'46"3/5 par Maronnier. Au trente-deuxième km, Couturier, qui, après avoir bien résisté à Aubert, avait dû le laisser passer, fait une embardée et chute au bas de la piste dans le petit virage. Conduit à l’infirmerie et souffrant de nombreuses contusions au visage, il abandonne.

Au trente-cinquième km Urago ravit cette fois le commandement à Maronnier, couvrant 36,050 km dans la demi-heure, les 40 km en 33'13"3/5. Maronnier est à un demi-tour, Prieto à 2 tours, Beyle et Aubert à 3 tours. Mais Beyle crève, perd du terrain, et aux 50 km atteints en 41'27"1/5 par Urago , l’ordre est remanié : Maronnier à 400 m, Prieto à 3 tours, James Aubert à 3 tours et demi, Grassin à 6 tours, Beyle à 7 tours, Mauclair à 9 tours.

Après la mi-course, Urago augmente sans cesse son avance et double Maronnier au 58ème km, les 60 km en 49'39"3/5. Au 62ème km, Grassin crève à nouveau et rétrograde encore. Urago passe les 70 km en 57'56"4/5, et couvre72,430 km dans l’heure. La course manque d’intérêt, il n’y a plus de lutte pour les places jusqu’au 75ème km, où James Aubert vient attaquer Prieto et lui ravir la troisième place. Les 80 km en 1h 06'34"1/5 par Urago. Prieto, qui a tenté sans succès de réagir à l’assaut de James Aubert, essaie encore de revenir mais en vain, les 90 km en 1h 15'30"par Urago. Au 94ème km , Grassin descend et abandonne. Et la course se termine sans modification. Gros succès pour Urago et son entraîneur, Léon Didier.

 

Près de quinze mille personnes ont assisté aux éliminatoires du championnat de France de demi-fond. Les trois courses sur la grande piste d’Auteuil ont été extrêmement intéressantes, sinon toujours par la lutte pour la première place , au moins pour les places de deuxième et troisième,  également qualificatives pour le championnat.

Seule la première série vit jusqu’au bout la victoire demeurer incertaine. Vallée mena jusqu’au trentième km lorsqu’une bougie cassée obligea Didier à changer de moto. Paillard prenait alors la tête et la  conservait jusqu’au soixante-huitième km, sans toutefois parvenir à doubler Lacquehay et Catudal, et lorsqu’ une panne de  moto le forçait à son tour à rétrograder, on put voir Lacquehay et Catudal, se suivant  roue dans roue, se passer et se repasser. Tous les record locaux, des 10 aux 100 km, tombèrent au cours de cette série.

Dans la seconde série, Bréau , bien que souffrant d’une blessure à la selle, fit un véritable « cavalier seul » pour la première place. Derrière lui, Sadi Leport prend la deuxième place à six tours, devant Auguste Wambst, qui résista aux attaques répétées du Marseillais Constant,   lequel ne s’avoua vaincu que le poteau passé .

La troisième série s’est terminée à l’avantage de Léon Didier, emmenant brillamment à la victoire le Niçois François Urago. Maronnier, après un bon début, faiblit nettement après la mi-course. James Aubert et le Marseillais Prieto disputèrent chèrement la troisième place.

Grassin, qui avait pris la tête au tout début, ne fut que l’ombre de lui-même. Victime d’une crevaison alors qu’il remontait vers la troisième place, il était irrémédiablement battu après la mi-course, puis,relégué à l’avant-dernier rang sur une nouvelle crevaison, il abandonnait. Parmi les éliminés, Blanc-Garin, dans la première série fut courageux, mais pas assez rapide et les autres de cette série n’ont jamais été dans la lutte même si Chancel ne manque pas de qualités : mais l’énergie lui fit défaut.

Dans la 2ème série, Bonney fut bon, mais sans brio, Jean Bidot sembla en désaccord avec son entraîneur, Souchard, un peu malchanceux au début et Gatier courait « pour sa santé ».

Enfin, dans la troisième série, Beyle eût un beau début, mais ne tint pas la distance, retardé en outre par une crevaison. Sausin sembla « ne plus y être » et Mauclair a du se dire qu’on ne l’y reprendrait plus !

 

 

 

FINALE

1ère épreuve - Dimanche 11 Mai  Paris - vélodrome du Parc des Princes)  100 km

Course interrompue  par la  pluie au 132ème tour  sur 150

Catudal s’est assuré les services de Demenou disponible , son coureur Constant, ne s’étant pas qualifié.

 -03 Georges Paillard

entr. Maurice Jubi

Les 88 km en 1h 15'30"

  06 François Urago

entr. Léon Didier

  à  120 mètres

 -09 Charles Lacquehay

entr. … …

  à   5 tours

 -07 René Maronnier

entr. Georges Groslimond (CH)

  à 11 tours

 -08 James Aubert

entr. André Chardon

  à  14 tours

 -02 Auguste Wambst

entr. Pierre Deliège

  à  15 tours

 -01 Ernest Catudal

entr. Henri Demenou

  à  15 tours

 -04 Sadi Leport

entr.  …  Delaye

  à  18 tours

 x 05 Henri Bréau

entr. Maurice Guérin

Abandon 45 km

La course : Les concurrents partent dans l’ordre suivant: Catudal, Wambst, Paillard, Sadi Leport, Bréau, Urago, Maronnier, Aubert et Lacquehay. Wambst est le premier sur son entraîneur, mais Paillard , suivi de Bréau, s’assure le commandement tandis  qu’Urago ravit la troisième place à Sadi Leport ; les  10 km en 08'55"1/5. Paillard mène résolument et double tous ses adversaires , excepté Urago qui se  maintient à un demi-tour, avant les 20 km atteints en 17'14"2/5. Maronnier et Lacquehay  sont troisième et quatrième à un tour. Paillard poursuit son avancée , passe les 30 km en 25'41"4/5 puis semble accuser une légère défaillance et Urago, déchainé revient à 100 mètres de son rival aux 40 km (34'33" ).  Bréau , toujours handicapé  par sa blessure à la selle, ralentit , décolle plusieurs fois et abandonne avant la  mi-course. Aux 50 km , Paillard passe en 43'08" devant Urago à 120 m, Lacquehay à 2 tours, Maronnier et Sadi Leport à 4 tours.

Les autres sont à 7 et 8 tours. Brusquement, Urago fonce sur Paillard mais celui-ci a récupéré et il s’envole . La moto de Maronnier l’abandonne. Les 60 km sont franchis en 51'44"4/5. Dès lors la course se résume au duel entre Paillard et Urago , âpre et acharné, 69,440 km sont couverts dans l’heure, les 70  km en 1h 00'23".

Paillard reprend du champ , lorsque la pluie vient interrompre la réunion et il s’arrête avec 120 mètres d’avance sur le courageux et brillant Niçois.   Au moment de  l’interruption, Paillard  donnait l’impression d’avoir course gagnée mais Urago, tenace , remarquablement  « tiré » par Léon Didier n’avait peut-être pas dit son dernier mot.  Derrière les deux leaders , Lacquehay  fit une bonne course. Les autres furent moins  brillants ; Bréau , diminué  par l’état  de santé  où il se trouvait aurait  peut-être  mieux fait de  s’abstenir.  

Le règlement étant formel, une épreuve de championnat de France de demi-fond ne peut être homologuée si la distance de 100 kilomètres n’est pas couverte, celle-ci devra être recourue. La reprise de la course  a été fixée par la direction du Parc des princes au mercredi 14 mai à 16 heures. Bréau, se ressentant toujours de sa blessure ne repartira pas.

 

 

1ère épreuve finale  recourue Mercredi 14 Mai

1-05 François Urago

entr. Léon Didier

les 100 km en 1h 23'53"1/5

2 06 René Maronnier

entr. Georges Groslimond (CH)

  à  230 mètres

3-08 Charles Lacquehay

entr. … …

  à   1 tour   50 mètres

4-03 Georges Paillard

entr. Maurice Jubi

  à   1 tour  640 mètres

5- 04 Sadi Leport

 entr. …  Delaye

  à   3 tours 300 mètres

6- 01 Ernest Catudal

entr. Henri Demenou

  à   3 tours 380 mètres

7- 07 James Aubert

entr. André Chardon

  à   8 tours

N.C.- 02 Auguste Wambst

entr. Pierre Deliège

Abandon

La course :  L’ordre au départ est : Catudal, Wambst, Paillard, Sadi Leport, Urago, Maronnier, Aubert et Lacquehay. Dès le second tour Paillard est en tête devant Maronnier, Urago, A. Wambst, Leport, Lacquehay, Catudal et Aubert. Bientôt, Paillard double Aubert, puis Catudal et avant les 10 km - qu’il atteint en 08'25"1/5 - Sadi Leport, Lacquehay et Wambst sont également doublés. Au quinzième km, Urago prend la deuxième place à Maronnier, et se rapproche à 100 mètres de Paillard , les 20 km en 16'33"4/5.

Au vingt-deuxième km, Urago attaque Paillard, qui répond à l’assaut et repart de plus belle, les 30 km en 24'33"1/5. Paillard précède Urago de soixante mètres, Maronnier à un demi-tour, Lacquehay à 1 tour. Les autres sont à deux tours et plus. Parmi eux, A. Wambst donne son maximum pour faire lutter Lacquehay et abandonne peu après, ce qui déclenche une vive réprobation du public.

Paillard poursuit sa progression, couvre 36,735 km dans la demi-heure, les 40 km en 32'36"3/5, les 50 km en 40'41"4/5. A la mi-course, Paillard devance Urago de 50 mètres, Maronnier de 500 mètres, Lacquehay de 1 tour et 200 m, Catudal de 2 tours, Sadi Leport de 3 tours, James Aubert de 4 tours. Les 4 hommes de tête se maintiennent sur leurs positions et Paillard passe aux 60 km en 49'02"1/5. Au soixante-troisième km, Paillard arrive sur Lacquehay qui résiste. Paillard décolle et à ce moment, son pneu arrière se dégonfle. Le champion de France descend pour changer de machine et perd un tour et demi. Urago est à présent en tête aux 70 km (57'25"). Après l’heure (73,123 km), Urago essaie maintenant de prendre un second tour à Paillard qui résiste. Urago décolle, ce que voyant, Maronnier se rapproche et tente de l’attaquer mais sans succès.

Aux 80 km, couverts par Urago en 1h 06'05"4/5, Maronnier est à 50mètres, Lacquehay à 1 tour 200 m, Paillard à 1 tour 600 m.Urago hésite   maintenant à attaquer et Léon Didier se contente de surveiller Maronnier. Urago passe le cap des 90 km en 1h 14'59"3/5.

La fin arrive sans autre changement et les quatre premiers font un tour d’honneur.

 

Le temps de la matinée qui fit craindre jusque vers midi un nouveau report, fit place au retour du soleil en début d’après-midi, et les stayers reprirent leur rude tâche devant 4 à 5000 spectateurs. Le duel Paillard-Urago de dimanche a repris, aussi acharné jusqu’au soixante-troisième km, où Paillard perdit toute ses chances en enchaînant une mise en échec par Lacquehay et un changement de machine consécutif à une défaillance de pneumatique.

Urago a donc triomphé, confirmant ses prestations précédentes, bien conseillé par Léon Didier. Maronnier, très accrocheur s’est maintenu dans le même tour que les leaders et faillit déborder Urago qui prolongeait avec Paillard un duel devenu inutile. Outre Maronnier, Lacquehay s’est réhabilité de sa course terne de dimanche. Paillard s’est défendu vaillamment, en grand champion.

 

2ème épreuve - Dimanche 1er Juin - Paris - vélodrome du Parc des Princes) 

Georges Paillard s’est séparé à l’amiable de son entraîneur actuel, M. Jubi, appelé à le « tirer » une dernière fois pour le G.P. de Montrouge le dimanche 25 mai, et le samedi 24 au matin. Il a signé un contrat pour un an avec Léon Didier. Cette nouvelle association ayant laissé Urago sans entraîneur, celui –ci s’est entendu le 27 mai avec Maurice Jubi, libre d’engagement pour la même raison. Les deux nouveaux « tandems » Paillard-Didier et Urago-Jubi débuteront dans la seconde épreuve du championnat. Catudal change encore  d’entraineur : après G. Sérès (déclaré à l’engagement) ; A. Pasquier  (Eliminatoire) et Demenou (1ère épreuve), il s’est associé à Joseph Paillard.

1-03 Georges Paillard

entr. Léon Didier

  les 100 km en 1h 22'37"

2 05 François Urago

entr. Maurice Jubi

  à   1 tour  300 mètres

3-04 Charles Lacquehay

entr. Marcel Besson

  à   1 tour  450 mètres

4-07 Sadi Leport-

entr. …  Delaye

  à   3 tours

5-08 Henri Bréau

entr. Maurice Guérin

  à  4 tours

6-06 Auguste Wambst

entr. Pierre Deliège

  à  7 tours

7-01 James Aubert

entr. André Chardon

  à  7 tours 1/2

8- 09 Ernest Catudal

entr. Joseph Paillard

  à 10 tours

9-02 René Maronnier

entr. Georges Groslimond (CH)

  à 14 tours

La course : Ordre de départ : Aubert, Maronnier, Paillard, Lacquehay, Urago, Wambst, Sadi Leport, Bréau et Catudal . Maronnier part très vite et prend la tête. Paillard tente de faire de même mais il décolle légèrement et doit rester en seconde position. Au cinquième km, Paillard vient attaquer Maronnier, qui résiste. Léon Didier insiste mais à nouveau, son coureur décolle et rétrograde. Ce dont profite Urago qui attaque, passe Paillard et Maronnier et pointe en tête aux 10 km en 08'29"4/5.

Lacquehay, bien revenu, a pris la seconde place devant Maronnier et Paillard. Ce dernier se ressaisit et supplante Maronnier à la troisième place. Bréau, qui a commis la faute d’insister à fond sur une attaque d’Urago au départ, se ressent maintenant de son effort et rétrograde. Les 20 km en 16'38"4/5 par Urago ; Lacquehay est deuxième à 100 m; Paillard, troisième à 300 m ; A. Wambst, quatrième à 400 m ; Aubert, cinquième à 600 m; Maronnier, sixième à 1 tour ; Catudal, septième ; Sadi Leport, huitième; Bréau, neuvième à 2 tours. Les positions restent sensiblement les mêmes aux 30 km atteints en 24'41"1/5.

Urago couvre 35,566 km dans la demi-heure, les 40 km en 32'42"4/5. Maronnier crève peu avant les 50 km couverts en 40'50"1/5 sur les positions suivantes : 1.Urago ; 2.Lacquehay, à 60 m; 3.Paillard, à 200 m; 4.Sadi Leport, à 1 tour; puis à 2tours : Bréau et James Aubert; à 3 tours : A. Wambst; à 4 tours : Catudal; à 6 tours : Maronnier.

Au bout de 60 km (49'34"), Urago trouve de la résistance chez A. Wambst, qu’il allait doubler pour la quatrième fois. Urago ne peut passer, ce que voyant, Lacquehay rapplique, déborde Urago et s’assure le commandement. Mais Wambst est toujours là, qui emploie ses dernières ressources à faire lutter Lacquehay. C’est alors que Didier ramène Paillard à toute allure. Paillard passe Urago et Lacquehay, fatigués et pointe en tête aux 70 km en 57'28"2/5, 72,966 km dans l’heure.

A ce moment, Lacquehay et Urago sont à moins de 100 mètres. Aux 80 km (1h 05'53"3/5), Urago a repris la seconde place à Lacquehay, et tous deux sont derrière Paillard, dans la même ligne droite. Au 88ème km, Urago vient attaquer Paillard, mais celui-ci réplique et Urago n’insiste pas. Les 90 km en 1h 14'17"3/5. Lacquehay a rétrogradé à 1 tour et demi, tandis que Urago doit encore lutter avec Auguste Wambst, ce qui achève de l’épuiser et il doit laisser filer Paillard qui l’a doublé.

Paillard, surmontant les efforts par trop violents qui l’avaient fait décoller par deux fois dans les dix premiers kilomètres, se hissa au commandement après les 65 km pour le garder jusqu’au bout. Urago, qui avait mené jusque-là, Lacquehay, leader éphémère et Paillard se livrèrent un combat acharné du début à la fin, tant pendant la première partie de la course, qu’après que Paillard eût pris la tête. Sauf pendant les tous derniers tours, les trois rivaux se tinrent toujours en moins de 200 mètres.

La course des autres fut éclipsée par les joutes des trois premiers. Maronnier, après un début très prometteur, ne tint pas la distance. Sadi Leport fit une  course courageuse et régulière, comme à son habitude. Bréau eut beaucoup de mal à se remettre de son violent effort pour contrer Urago dans les premiers kilomètres. Malgré les regrettables manœuvres de Wambst , les quelques 10 000 spectateurs assistèrent à l’une des plus belles courses de 100 kilomètres derrière motos qui se soient vues depuis longtemps.

 

 

 

3ème épreuve - Lundi 16 Juin – Paris-  vélodrome du Parc des Princes - 100 km

La pluie a interrompu la réunion de la 3° journée des championnats de France, le dimanche 15 juin, ne permettant pas le départ de l’épreuve de demi-fond des 100 kilomètres , remise au lendemain lundi 16 juin.

1-03 Charles Lacquehay

entr. Marcel Besson

Les 100 km en 1h 22'11"4/5

2 05 Auguste Wambst

entr. Pierre Deliège

  à   5 tours 100 mètres

3-02 James Aubert

entr. André Chardon

  à   5 tours 200 mètres

4-07 Sadi Leport

entr. …  Delaye

  à   8 tours

5- 01 Ernest Catudal

entr. Joseph Paillard

  à 14 tours

N.C.-08 François Urago

entr. Maurice Jubi

Abandon 50 km

N.C.-04 Georges Paillard

entr. Léon Didier

Abandon 60 km

N.C.-06 René Maronnier

entr. Georges Groslimond (CH)

Abandon 90 km

N.P.- Henri Bréau

entr. Maurice Guérin

Forfait

La course : ordre des départs suivant  le tirage au sort : Catudal,Aubert, Lacquehay, Paillard, Wambst, Maronnier, Sadi Leport, Urago. Bréau, dont la blessure s’est réveillée ne part pas.

Dès le début, Paillard s’assure le commandement. Maronnier, Lacquehay et Urago le suivent dans l’ordre. Aubert ferme la marche. Aucun changement jusqu’aux 10 km atteints en 08'02"3/5 (record) par le leader qui passe facilement peu après James Aubert et Catudal. Paillard continue à belle allure et derrière lui, Lacquehay s’assure la seconde position. Les 20 km en 16'19".

De son côté, le champion de France « saute » Wambst et Maronnier. Au vingt-neuvième km, Urago décolle au moment où Paillard allait l’attaquer. Les 30 km sont couverts par Paillard en 23'56"4/5 (record). Le « crack » Niçois change de machine. Il a deux tours de retard. Désormais, seul Lacquehay n’est pas doublé; dans la demi-heure, 38,500 km par Paillard (record).Le cap des 40 km est franchi en 31'27"2/5 (record) par Paillard et après lui les positions sont les suivantes ; même tour : Lacquehay ; à 2 tours : Wambst, Maronnier, Aubert et Leport; à 4 tours : Catudal.

Au 45ème km, Paillard se rue à l’attaque de Lacquehay et le double. Mais voici que la moto de Didier est défaillante. Léon abandonne sa   machine, et traversant la pelouse en courant enfourche un engin de rechange. Lacquehay est maintenant en tête et à l’assaut des records , 40'26"1/5 pour les 50 km. Urago descend et abandonne. Paillard roule à un tour de Lacquehay, qui a raison de Maronnier après une courte lutte, les 60 km en 48'27"1/5 (record).

Paillard quitte à nouveau le sillage de Didier car la moto de rechange a aussi des ratés et il abandonne. Lacquehay mène à présent devant A. Wambst et Sadi Leport à 2 tours. Les autres sont loin. Maronnier descend de vélo mais repart bientôt. Les 70 km en 56'36"1/5 (record) , dans l’heure 72,920 km par Lacquehay dont l’allure se ralentit un peu. Le leader tourne régulièrement.

Derrière lui, Wambst et Aubert sont les plus frais. Les 80 km en 1h 05'45"3/5. James Aubert fait le forcing et attaque Wambst. Après une très jolie lutte, il le passe, mais le jeune Auguste contre-attaque, rageur, repasse son rival et garde la 2° place. Aubert essaie de se rapprocher à nouveau, mais en vain. Les 90 km en 1h 14'09"1/5 (record pour 1/5). Maronnier abandonne. Aubert revient encore terriblement fort sur Wambst mais celui-ci ne veut rien savoir pour se laisser faire. C’est la fin, Lacquehay est très justement applaudi par le nombreux public présent.

 

Pour sa première année dans la spécialité, Lacquehay a définitivement gagné devant une nombreuse assistance ses galons de très grand stayer. Il fut le seul à résister à l’allure express de Paillard qui, déchainé mena un train d’enfer, battant les records des 10, 30 et 40 km jusqu’à l’incident qui le handicapa à la mi-course.

Lacquehay, une fois en tête, s’adjugea les records suivants (50, 60, 70 km et après une légère pause, les 90 km) pour établir le record de France des 100 km avec rouleau à 0,60 m. Pour les seconde et troisième places, Auguste Wambst et James Aubert se sont livrés dans les vingt derniers kilomètres une lutte émotionnante qui emballa le public. Sadi Leport et et Catudal terminèrent loin sans jamais avoir pu inquiéter les leaders, de même que Maronnier qui abandonna. Urago fut moins brillant que lors des deux premières épreuves. Il disputera l’épreuve finale décisive avec Paillard et Lacquehay.

 

 

EPREUVE FINALE - Dimanche 20 Juillet - Paris - vélodrome du Parc des Princes

Urago, de nouveau sans entraîneur, Maurice Jubi ayant signé un contrat avec Grassin, sera conduit par Maurice Guérin pour l’ultime épreuve du championnat. L’association Urago-Guérin a débuté à l’entrainement le mercredi 18 juin au vélodrome Buffalo, et le lendemain soir jeudi 19 pour le prix Harry-Elkes disputé sur cette même piste. Ce sera son quatrième entraineur au fil de la compétition après Demenou (déclaré à l’engagement), Léon Didier (éliminatoire et pemière épreuve) et M. Jubi (2ème et 3ème épreuves).

1-02 Georges Paillard

entr. Léon Didier

 les 100 km  en  1h 22'05"2/5

2-01 Charles Lacquehay

entr. Marcel Besson

 à 100 mètres 

N.C.- 03 François Urago

entr. Maurice Guérin

Abandon 96ème km (à 3 tours)

La course : Lacquehay part devant Paillard et Urago.

Dès la prise des entraîneurs, Paillard « saute » Lacquehay et prend la tête.

Au cinquième km Urago se rapproche de Lacquehay. Les trois hommes sont séparés de 30 mètres. Les 10 km en 8'27"2/5. Les écarts s’espacent peu à peu, mais l’ordre de marche ne change pas.

Au seizième km Lacquehay se rapproche rapidement et attaque Paillard à fond, mais après un émouvant coude-à-coude, il s’incline et doit se replacer.

Les 20 km en 16'32". Lacquehay se maintient à 30 mètres du leader, Urago est à 200 mètres. Lacquehay repart à l’attaque mais essuie un nouvel échec, les 30 km en 24'07"3/5 par Paillard qui prend du champ; il a 100 mètres d’avance sur Lacquehay.

Dans la demi-heure, Paillard couvre 37,666 km. Urago a beaucoup ralenti son allure et Paillard le rejoint et le passe sans difficulté aux 40 km (31'47"). Urago est également doublé par Lacquehay et se trouve relégué à 1 tour et 200 mètres. Un peu avant la mi-course, Lacquehay se rapproche dangereusement du leader au moment où celui-ci attaque à nouveau Urago qui cette fois se défend et ne laisse rien passer. Les trois coureurs sont « dans un mouchoir ».

 Les 50 km en 40'09"1/5 (record) par Paillard, talonné par Lacquehay (ancien record : 40'26"1/5 ); les 60 km en 48'33". Urago a repris du terrain tandis que Lacquehay suit toujours Paillard comme son ombre, les 70 km en 56'53". Urago continue son forcing mais compte encore 1 tour et 200 mètres de retard, et Lacquehay perd un peu de terrain sur Paillard qui couvre dans l’heure 76,683 km.

Le vent est assez violent et  rend l’épreuve dure. Urago descend, change de machine et repart. Il est à présent à deux tours. Les 80 km en 1h 05'19"1/5 par Paillard (record ; ancien record : 1h 05'45"3/5 par Lacquehay).

La pluie fait son apparition, fine et serrée. Lacquehay attaque Paillard à fond et le pousse sur Urago mais le leader se défend avec brio. Les 90km en1h 13'59"4/5 par Paillard (record; ancien record :   1h 14'09"4/5 par Lacquehay). Paillard active l’allure et Lacquehay est repoussé à 100 mètres.

Au quatre-vingt-seizième km, Urago décolle sous l’attaque de Paillard, qui le passe, et il abandonne. Paillard confirme son forcing, augmente son avance sur Lacquehay de façon décisive et franchit la ligne en triomphateur.

 

Mr Léon Breton, Président de l’U.V.F., lui passe le maillot tricolore, et il fait en compagnie de Lacquehay son tour d’honneur. Tous deux sont   très applaudis.

Georges Paillard a brillamment enlevé le titre de champion de France de demi-fond. « Tiré » de main de maitre par Léon Didier, il a su « sauter » Lacquehay dès le début et ne plus se laisser rejoindre. Lacquehay s’est très bien défendu. Non content de s’accrocher avec cran, il n’a pas hésité à attaquer plusieurs fois. Urago eût des moments brillants mais trop courts, et bien qu’à un moment, il tenta d’opposer une rude résistance à ses adversaires, jamais il n’inquiéta sérieusement ceux-ci.

La grande foule avait envahi le Parc des Princes malgré le temps incertain. Et devant le ciel menaçant, la direction avait pris sagement la décision de faire disputer les 100 kilomètres du championnat de demi-fond en début de réunion. Le vent,et la pluie même, qui tomba pendant un certain temps rendirent la course éprouvante.

Ces conditions de course rehaussent encore la performance de Paillard, battant le précédent record de Lacquehay pour les 100 km en 1h 22'05"2/5, ainsi que les records intermédiaires des 50, 80 et 90 km.

 

 



27/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres