STAYER-FR PALMARES

STAYER-FR PALMARES

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE DEMI-FOND PROFESSIONNEL 1922

Travail réalisé par François Bonnin

Toute reproduction – partielle ou non – de ce travail devra faire l’objet d’une demande spécifique auprès de STAYER FR

 

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE DEMI-FOND PROFESSIONNELS 1922

Paris - vélodrome du Parc des Princes -  Dimanche 4 Juin

 

 

FINALE DIRECTE - 100 km derrière motocyclette

 

1- Georges Sérès

entr. Léon Lauthier

 1h  28' 7" 4/5

2- Gustave Ganay

entr. … ? Naso

 à    3 tours

3- Marcel Godivier

entr. … ?  Colonna

 à  3 tours 1/2

4- Ernest Catudal

entr. Raymond Massicot

 à    3 tours 1/2

5- Paul Guignard

entr. Aloïs Stiplochek

 à    4tours 

6- Daniel Lavalade

entr. Henri Demenou

 à    5 tours

7-Fernand Larrue

entr. Ernest Pasquier

 à    8 tours

8- Paul Villepontoux

entr. … ? Villepontoux

 à  21 tours

N.C. Henry Fossier

entr. Auguste Fossier  

Abandon

N.C. Léon Didier

 entr. … ?   Caudrillier

Abandon

La course : Dix concurrents au départ donné selon une formule inusitée.

Les coureurs partent au commandement de Desmarets, mais ne prennent leur moto que dans la ligne opposée avec l’obligation jusque là de respecter sans doubler, l’ordre de départ : Didier, Fossier, Lavalade, Catudal, Guignard, Sérès, Godivier, Ganay, Larrue et Villepontoux.

A la prise des entraîneurs, Fossier est le plus rapide, supplanté au deuxième tour par Ganay et au cinquième tour par Sérès, qui, de la septième position, remonte tout le monde et s’installe en tête sans difficulté.

Aux dix kilomètres, qu’il couvre en 08'33"4/5, Sérès précède Fossier, Didier, Larrue, Catudal, Godivier et Guignard.

Villepontoux est déjà doublé. Ganay et Lavalade, victimes d’une crevaison ont perdu respectivement deux et trois tours.

Sérès est talonné par Fossier, qui rétrograde au profit de Didier que suit Larrue. Ganay revient peu à peu et engage une belle lutte avec Larrue, qui cède et décolle.

Les 20 km en 17'01"4/5 pour Sérès.

Juste à ce moment Didier, revenu à trente mètres de Sérès, sprinte littéralement et le passe en un éclair. Des applaudissements nourris saluent cet exploit.

Mais deux tours plus loin, la moto de Caudrillier tombe en panne.

Sérès reprend la tête et double Didier au trente-huitième  tour (25 km).

Seuls Larrue (deuxième) et Fossier (troisième) restent dans le même tour que Sérès, qui atteint les 30 km en 25'31"4/5.

A un tour suivent Didier (4ème), Godivier (5ème), et Guignard (6ème); à 2 tours : Catudal et Ganay; à 3 tours : Lavalade; à 4 tours : Catudal; à 10 tours : Villepontoux.

Les incidents se multiplient, notamment  pour Catudal et Villepontoux et la fatigue commence à se faire sentir.

Larrue , le premier à en accuser les effets, est doublé et rétrograde rapidement . Dans la demi-heure 34,470 km sont couverts par Sérès.

Fossier, dans un sursaut d’énergie, attaque et surprend Ganay, qui décolle.

Aux 40 km (38'10"4/5) Sérès possède au moins un tour sur ses plus proches adversaires, Didier et Godivier ; à 2 tours : Ganay, Larrue ; Guignard et Fossier ; à 3 tours : Lavalade ; à 4 tours : Catudal ; à 10 tours : Villepontoux.

Les 50 km en 49'41"4/5 pour Sérès.

Ganay, après la mi-course, retrouve une belle allure et domine tout le lot sauf Sérès.

Une belle lutte s’engage entre Ganay et Didier, duel qui tourne court, à l’avantage de Ganay, tandis que Didier abandonne suite à un incident mécanique. Sérès passe les 60 km en 51'07"2/5 et couvre 69,133 km dans l’heure. Ganay passe alors Sérès et n’est plus qu’à 1 tour. L’arc du frein de la moto de Lauthier s’est détaché et Sérès a ralenti son allure, les 70 km en 1h 00'10".

Ganay revient sur Sérès et porte deux attaques successives sur le leader, la première au 115ème tour, repoussée par Sérès, puis au 120ème tour, et cette fois après une lutte au coude-à coude dans le petit   virage et la ligne droite, Sérès se relève dans le grand virage et  Ganay revient dans le même  tour, les 80 km en 1h 09'28"4/5 par Sérès.

Peu après Ganay est à nouveau sur Sérès et le passe encore, cette fois sans opposition. Une formidable acclamation se fait entendre. Ganay est en tête et le maillot de champion de France lui semble acquis.

C’est alors qu’il est victime d’une crevaison à vingt-trois tours de l’arrivée (15 km) alors qu’il avait quatre-cents mètres d’avance sur Sérès et six tours et demi sur Godivier.

Ganay a perdu plus de deux tours et se trouve relégué à 1 600 mètres.

A ce moment, Fossier abandonne. Sérès a repris la   tête et passe aux 90 km en 1h 19'1"1/5.

Ganay, disposant d’une multiplication inadaptée, doit à nouveau changer de machine et perd encore du terrain.

Son retard est maintenant de trois tours. Sérès va gagner. Les derniers tours, la cloche retentit. Le maillot à Sérès et le tour d’honneur. Ganay quant à lui est porté en triomphe  par ses supporters.

Le Marseillais fut le héros malheureux du championnat, ayant perdu deux tours sur crevaison en début d’épreuve, il refit brillamment son retard à partir de la mi-course et supplanta Sérès en difficulté pour s’emparer du commandement à 20 km de la fin, avant de perdre presqu’aussitôt le bénéfice de ses efforts sur une deuxième crevaison,.

Le tenant du titre Léon Didier semblait en grande forme et capable de garder son maillot, comme il le démontra lors de son attaque fulgurante sur Sérès, le propulsant brièvement en tête après les 20 km.

Leader éphémère puisqu’une courte panne de moto lui fit perdre un tour et un nouvel incident technique (blocage du pignon suite à un choc sur le rouleau provoqué par un malencontreux coup de frein de Caudrillier) le contraignit à l’abandon alors qu’il venait de concéder la deuxième place à Ganay.

Derrière les trois as du championnat, les efforts des suivants passèrent plus ou moins inaperçus.

Il faut  noter  la course régulière de Godivier, qui termina très près de Ganay, le très bon retour en forme de Guignard, les efforts de Catudal, en progrès, de Larrue et Lavalade.

Par contre, Henry Fossier, entrainé par son père ne se signala que par des accélérations stériles sur cinq cents mètres qui n’eurent d’autre résultat que de gêner le déroulement de la course.

 

 

 

 



21/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres