STAYER-FR PALMARES

STAYER-FR PALMARES

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE DEMI-FOND PROFESSIONNELS 1923

 

Travail réalisé par François Bonnin

Toute reproduction – partielle ou non – de ce travail devra faire l’objet d’une demande spécifique auprès de STAYER FR

 

 

 

 

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE DEMI-FOND PROFESSIONNELS 1923

Paris - vélodrome du Parc des Princes -  Dimanche 4 Juin

 

 

 

FINALE DIRECTE - 100 km derrière motocyclette

1- Georges Sérès

entr. Léon Lauthier

 1h  26'8"3/5

2- Léon Parisot

entr. … ? André

 à    60 mètres

3- Jules Miquel

entr. Etienne  Amérigo

 à  1 tour

4- Ernest Catudal

 entr.   Naso

 à    6 tours

5- Daniel Lavalade

 entr. Colonna

 à  10 tours 

6- Paul Guignard

entr. Henri Demenou

 à  11 tours

7-Fernand Larrue

entr. Raymond Massicot

 à  18 tours

8- Maurice Pellet

entr.

 à  19 tours

N.C. Robert Grassin

entr. Léon Didier

Abandon

N.P. Henry Fossier

entr. Auguste Fossier  

Forfait *

* Ayant été récemment blessé à la selle, Henry Fossier comptait cependant pouvoir  partir dans

l’épreuve, mais un essai la veille du championnat lui a démontré que ce serait à la fois imprudent

   et imprévisible.

La course : Neuf partants. Sérès est pris en tête par son entraîneur devant Grassin, Larrue, Miquel, Parisot, Catudal et Pellet.

Dès le huitième kilomètre, Pellet est doublé par Sérès qui passe aux 10 km en 08'38 ».

Parisot prend  la deuxième place à Larrue et Miquel devient cinquième derrière Grassin et devant Catudal.

Suivent Lavalade, Guignard, et Pellet, qui crève au quatorzième km, et perd plusieurs tours.

Aux 20 km (17'7"), le rythme s’est ralenti et Sérès mène devant Parisot à cinquante mètres, Grassin à cent mètres, Miquel à 180 mètres, Larrue, Catudal, Lavalade et Guignard tous dans le même tour.

Larrue essuie une sérieuse défaillance, rétrograde en dernière position et se fait doubler par Sérès. Sérès couvre les 30 km en 25'35" 4/5 et précède Parisot de vingt mètres, Grassin de cinquantemètres, Miquel de deux cents, Catudal de 250 mètres, Lavalade de 600 mètres. Guignard a perdu un tour. Larrue est à trois tours; Pellet, loin.

Parisot se rapproche de Sérès qui réplique aussitôt et   parcourt 35,330 km dans la demi-heure.

A l’avant, les positions évoluent. Miquel attaque Grassin et se hisse à la troisième place.

A l’arrière, Lavalade est à son tour doublé. Les quarante kilomètres en 34'4"4/5 par Sérès, devant Parisot à cinquante mètres, Miquel à cent mètres, Grassin à 150 mètres, Catudal à 500 mètres, Lavalade à 1 tour, Guignard à 1 tour et demi, Larrue et Pellet, loin.

Au quarante-troisième kilomètre, Grassin crève et perd deux tours, puis également Lavalade qui perd beaucoup plus de terrain. Miquel prend la deuxième place à Parisot après une belle lutte. Les 50 km en 42'29"3/5 par Sérès suivi de Miquel à 100 m, Parisot à 150 mètres.

Tous les autres sont d’ores et déjà doublés; à 1 tour : Catudal; à 1 tour 1/2: Guignard; à 2 tours 1/2: Grassin ; à 5 tours: Lavalade; à 10 tours: Larrue; à 14 tours: Pellet.

Miquel tente à son tour d’attaquer Sérès, qui repousse l’assaut et roule toujours à belle allure, les 60 km en 52'12"3/5.

Parisot qui a repris la deuxième place est revenu à 50 mètres, Miquel troisième à 70 mètres. Catudal a rétrogradé à 4 tours 1/2, mais Lavalade a repris trois tours et pointe à sept tours.

Après les 65 km, c’est l’attaque de Parisot sur Sérès à l’entrée du petit virage.

Sérès décolle légèrement , Parisot prend la tête et Miquel passe également Sérès pour la deuxième place.

Parisot est leader à l’heure de course (69,116 km), les 70 km en 1h '47"2/5 sur les positions suivantes : Parisot premier, Miquel à 200 mètres, Sérès à 300 mètres, Grassin à deux tours, Catudal à cinq tours, Lavalade à sept tours; mêmes positions pour les cinq premiers aux 80 km en 1h 9'54"1/5 par Parisot.

Sérès qui s’est remis en action revient terriblement fort. Il passe Miquel, légèrement défaillant et se rapproche à deux cents mètres de Parisot, puis à cent-soixante mètres au passage des 90 km en 1h 17'30" par Parisot.

Sur les dix derniers kilomètres, Sérès et Parisot livrent un match- poursuite échevelé.

Mètre par mètre, Sérès se rapproche de Parisot, qui se défend avec une énergie farouche.

Six tours avant la fin, Sérès est à vingt mètres du leader.

Plus que trois tours, Sérès est sur la roue de son rival.

A l’entrée de la ligne droite, Sérès part au sprint. Parisot résiste, mais en vain.

A l’avant dernier tour, Sérès a une longueur d’avance. La cloche.

L’avance de Sérès est passée à cinq longueurs.

C’est fini, Sérès conserve son titre et son maillot de champion de France.

La victoire de Sérès qui lui vaut aujourd’hui son quatrième titre de champion de France fut méritoire, car parti en tête et conduisant sagement sa course, il dut céder le commandement à Parisot peu après les 65 km.

Après une légère défaillance qui le vit rétrograder en troisième position, il repartait courageusement sous la conduite éclairée de Lauthier, remontait d’une place sur Miquel puis s’attelait à refaire le terrain perdu sur Parisot auquel il devait  reprendre la première place « à l’arraché »  deux tours avant la fin.

La tenue de Parisot fut admirable de courage et de régularité, montrant une belle énergie dans sa lutte contre Sérès. Il ne s’inclina que  d’extrême justesse.

La course de Miquel mérite également la citation avec en points d’orgue son duel avec Parisot ainsi que ses deux attaques sur Sérès dont l’une l’amenait un temps en position de challenger. Grassin s’est   retiré quelques  tours avant la fin, jugeant qu’il pouvait gêner Parisot et Sérès ; il n’aura perdu deux tours que sur crevaison.

 

 

 

 



21/11/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres